Page 1 sur 1

Agriculture et consommation

Publié : lun. janv. 21, 2019 10:19 am
par admin forum
La Communauté a demandé à un cabinet expert (B&L Evolution) de réaliser un diagnostic de notre territoire, au regard du changement climatique. En quelques graphiques et de façon synthétique : voici ce qui ressort de ce diagnostic, concernant l’agriculture et nos consommations

Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF


A vous de nous dire si cela vous paraît pertinent ; et notamment quels enjeux vous paraissent primordiaux…

Re: Agriculture et consommation

Publié : ven. janv. 25, 2019 5:47 pm
par amelie
Concernant les menaces de ce dossier, la réintroduction de haies entre les cultures me semble être une idée à prendre en compte. Les haies ont un impact bénéfique sur les cultures, l'élevage, l'eau, l'impact du vent, la biodiversité.

La proximité entre zones traitées et zones d'habitation est aussi l'une des grandes faiblesses de notre territoire. Une réflexion sur la répartition géographique des cultures pourrait être intéressante, afin de favoriser une zone tampon entre ces cultures et les habitations. Zones fourragères et cultures bio pourraient ainsi être mis en priorité près des habitations.
Ces zones tampon pourraient aussi accueillir des zones de maraîchages bio, afin d'apporter une production alimentaire locale pour les citoyens, et les cantines locales.

Il serait aussi intéressant de se pencher sur les cultures de notre territoire (quelles cultures céréalières sont faites ? Quelle part pour l'export? Quelle part pour l'élevage? Quelle part pour les agrocarburants? Et quelle part réellement dans notre assiette?). Une politique agricole locale pourrait être mise en place afin de privilégier nos besoins vitaux locaux, respectant par la même occasion notre santé et notre impact sur l'environnement (eau, air, biodiversité...).

Concernant les menaces de notre territoire "concurrence entre l'eau pour l'usage agricole et l'eau potable", je rajouterai que l'eau potable ne l'est déjà pas spécialement sur certaines zones de notre territoire (présence d'atrazine et autres...). cf analyses d'eau sur https://orobnat.sante.gouv.fr/orobnat/a ... dRegion=24

Tous les enjeux me semblent pertinents.

Re: Agriculture et consommation

Publié : lun. févr. 04, 2019 11:03 pm
par le caquésiau
Bonjour,
Diagnostic plutôt complet je pense.
Néanmoins j'insisterais d'avantage sur les 2 problématiques majeures de notre système alimentaire territorial (national, voir européen):
- Dépendance aux énergies fossiles: celle-ci posera d'abord un problème économique causé par la raréfaction progressive du pétrole qui génèrera une hausse inévitable du cout des carburants (bien plus que 1,50€/L), puis une problème d'approvisionnement pur et dur. Or notre territoire est plutôt rural, donc il jouit d'un atour formidable: nous avons des terres ! Nous devons atteindre l'autonomie alimentaire en s'assurant que notre alimentation n'est pas seulement locale à 10 ou 15%, mais plutôt 80 à 100%. C'est à la fois un enjeu environnemental mais surtout un enjeu d'autonomie territoriale. Cette dernière sera effectivement très compromise lorsque le cout des énergies fossiles aura dépassé des seuils insurmontables.
- Limitation ET adaptation au changement climatique: 50% des émissions de GES (gaz à effet de serre) de l'agriculture proviennent des émissions de NO2 issues de l'utilisation d'engrais azotés de synthèse (amonitrates), 40% du méthane (principalement issu des rots et pets de ruminants), et 10% de la combustion des moteurs (tracteurs...). Par conséquent une solution efficace consiste à cultiver en agriculture biologique (qui n'autorise pas l'utilisation d'amonitrates), et de réduire notre consommation de viande et de produits laitiers (ce qui est également conseillé par les nutritionnistes). Il faut donc soutenir le développement d'exploitations biologiques de type polyculture-élevage (comme c'était le cas il y a 50 ans et plus), afin que les agriculteurs ne mettent pas "tous leurs oeufs dans le même panier" et réduisent leur risques à moyen-long terme. De cette manière ils réduiront aussi le risque alimentaire de la région. L'idée n'est pas de fustiger les agriculteurs en conventionnel, mais plutôt de les aider à se convertir au bio et à changer leur itinéraire techniques (rotations longues, non labour sous couvert, cultures de légumineuses...).

Des études récentes confirment ces éléments:
http://www.itab.asso.fr/downloads/ameni ... ov2016.pdf ; https://www.foodwatch.org/uploads/media ... 009_01.pdf

De nombreux ouvrages ont été écrits sur les alternatives au modèle alimentaire actuel et je vous invite notamment à lire:
"Nourrir l'Europe en temps de crise" (Pablo Servigne)
"L'agriculture biologique pour nourrir le monde" (Jacques Caplat)
Et aussi François Léger (INRA), Claude Bourguignon...

Je serai ravi d'échanger avec vous sur tous ces sujets passionnants !

Arnaud

Re: Agriculture et consommation

Publié : mar. févr. 05, 2019 10:23 am
par le caquésiau
Voici aussi un article important sur l'agriculture sans glyphosate. l'INRA explique comment faire du non labour sans glyphosate, mais cela implique de revoir l'exploitation dans son ensemble ;
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ate_118878

Re: Agriculture et consommation

Publié : mar. févr. 05, 2019 10:26 am
par le caquésiau

Re: Agriculture et consommation

Publié : mar. févr. 05, 2019 10:40 pm
par le caquésiau
Bonjour,
Le pdf n'est pas visualisable comme les autres. Pouvez-vous y remédier ?
Merci.

Arnaud

Re: Agriculture et consommation

Publié : ven. févr. 15, 2019 12:58 pm
par le caquésiau
Bonjour,
Voici une étude récente du cabinet B&L évolution qui traduit les objectifs de la COP21 (ne pas dépasser +1,5°C) en actions concrètes pour 2030.
Cela me semble indispensable d'avoir conscience des efforts à fournir pour concevoir un plan climat efficace.
L'étude complète est ici: http://www.bl-evolution.com/Docs/181208 ... IEC-V1.pdf

Et l'infographie qui résume les actions est ici: https://www.novethic.fr/actualite/envir ... PJBlmoNQiA

Sujet à discuter lors de nos prochains échanges je pense.

Arnaud

Re: Agriculture et consommation

Publié : mer. févr. 27, 2019 1:08 pm
par le caquésiau
Une agriculture qui stocke du carbone dans le sol :
(sources : https://agriculture.gouv.fr/4-pour-1000 ... les-sols-0 ; https://reporterre.net/Le-paysan-cherch ... es-et-sans ):

L'initiative 4 pour 1000 a été élaborée par des chercheurs de l’Inra à la fin du XXe siècle pour restaurer la fertilité de sols et piéger des gaz à effet de serre. Leur calcul est simple : les sols constituent au niveau mondial le premier stock de carbone biologique – si l’on exclut les océans et les roches sédimentaires. En captant du CO2 de l’air via la photosynthèse, une plante absorbe du carbone. Si cette plante se décompose dans le sol, elle lui restitue son carbone sous forme de matière organique (l’humus). Le sol s’enrichit alors de carbone, et devient plus fertile, plus résilient.
Si l’on augmentait ainsi la matière organique des sols agricoles chaque année de quatre grammes pour mille grammes de carbone présent dans le sol, on serait capable de compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre produits par la planète en un an. Les scientifiques s’accordent pour dire que le potentiel de stockage est énorme. Cette approche nécessite un changement des modes de production et de notre rapport à la nature. Pour augmenter le stockage de carbone des sols agricoles, les chercheurs préconisent notamment l’amélioration des techniques de fertilisation, la couverture permanente des sols, l’agroforesterie…
Image
En agriculture conventionnelle, le semis direct — c’est-à-dire que le sol n’est pas travaillé au préalable — est répandu, les mauvaises herbes étant détruites par du glyphosate. En agriculture biologique, le travail de la terre par le labour pour arracher les plantes indésirables est souvent présenté comme inévitable. Or, les deux systèmes ont leurs inconvénients. En conventionnelle, l’usage des pesticides a des effets nocifs sur la biodiversité et la santé humaine. En biologique, l’érosion et l’épuisement des sols menace la durabilité de l’agriculture, sans compter une plus forte utilisation du tracteur pour effectuer ce désherbage mécanique. Mais certains agriculteurs ont refusé de choisir entre les deux et ont converti leur ferme en agriculture biologique tout en pratiquant le semis direct. Le principe consiste à semer des plantes (souvent appelées « cultures intermédiaires » comme du trèfle, de la phacélie…) qui vont capter le CO2 atmosphérique pour pousser, avant d’être coupées pour constituer un paillage recouvrant le sol qui va se décomposer pour former de l’humus. Puis, on sème les espèces cultivées : du maïs, de l’orge, du soja, du colza, etc. les avantages de cette technique sont innombrables. Elle permet notamment de stocker du carbone dans ses sols grâce aux plantes en décomposition. Si tous les agriculteurs se mettaient à cette technique, nous pourrions stocker tout le carbone émis par les énergies fossiles et stopper le réchauffement.
A nous, consommateurs d’acheter des aliments issus d’une agriculture biologique qui favorise ces techniques de culture. Malheureusement il n’existe pas de label permettant de garantir que les pratiques culturales stockent plus de carbone qu’elles n’en émettent. C’est un argument supplémentaire pour nous inciter à nous alimenter avec des produits locaux et surtout à dialoguer avec nos producteurs pour connaitre leurs pratiques, voir à les inciter à les améliorer…

Re: Agriculture et consommation

Publié : mer. févr. 27, 2019 5:56 pm
par le caquésiau
Appel à projets « Alimentation et agriculture durables »:
Un nouvel appel à projets « Alimentation et agriculture durables » est proposé par le MEAE en partenariat avec le MAA. Il invite toutes les collectivités locales françaises et étrangères à travailler ensemble sur un projet de transition vers des systèmes alimentaires durables (allant de la production agricole à la gestion des déchets alimentaires) et à construire les réponses les plus adaptées à leur territoire tout en bénéficiant de l’expérience de chacun. La date limite de dépôt des dossiers est le 29 mars 2019.
Plus d'infos : https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/ ... 8764e5.pdf

Plus d'infos sur le dispositif "Plan Alimentaire Territorial" qu'il serait peut-être bien de rejoindre, à l'échelle de la CC V2C:
https://www.dailymotion.com/video/x6fwgr4